Du Coq à l’Âne

Maitre-Gims_Subliminal
 
[Sample : Jacqueline Boyer] Dans la prison de mon coeur
Dans la prison de mon coeur
Dans la prison habitée par ton ombre

[Couplet] On s’est fait marabouter
2 ans pour la quelle mariage à buté
Sur autrui c’est le Big Bang
Le rêve des mômes les big pecs
Le torrent me mena, dans la melée faut meler
Félé, fait le, 9ème zone flow fé-neu
Ca fait mal forcément
T’es bé-ton sur ciment
Reculez y’a 6 mètres
Faut pas que les condés s’y mettent
Ca devient systématique
Sexion d’Assaut #Zone sismique
La peur bleue d’un suce bite
Rythmique, violent break-beat
Je ne dors que très peu
Me vé-le très tôt
Elevé au tête à tête
Sache que le ein-s j’ai très peu de tété
Maître Gims, la mauvaise case j’ai coché
En miniature sur la pierre black quand condamne son 9ème ricohet
Ils m’ont pris pour un pédé, en quelque sorte ils se moquent de moi
Le problème c’est que l’eau de javel avait déteint ma ceinture noire
Putain de merde, j’vois lois mais ça me donne pas le droit de trop en faire
Eh les mecs j’ai du boulot j’suis de mèche avec la troposhpère
La Terre n’est qu’un matelat géant, les milliardaires ont pris le coussin
Le torticolis c’est pour les pauvres et sous le sommier les pauvres cons
J’suis un géant comme Gulliver, j’fais du golf avec la Géode
La Seine étanche ma putain de soif avec un arrière goût de chiote
Franchement, ma putain de vie moi je m’en plains pas
J’aurais voulu être cuis un peu comme Ahmadou Bamba
Flemmard, ça c’est tout oim
La brêche, elle est sur le toit
Dans le vagin des doigts
Vierge le résultat d’une dou’a
Ce qui doit être dur j’crois que c’est l’homme
Les combats s’font à la lame
Pris de peur t’es mon alarme
Halal versus haram
Bonjour, bonsoir au pire je check mais voilà sans plus
Y’en a qui se font tarot, ressere les fesses la bite ne ressort plus
A chaque pays sa catégorie, les catins gol-ri
Du coq à l’âne je passe, les singes, les gorilles
Ils m’ont demandé : « Djuna Ghandi pourquoi tu parles mal ? »
Je leur ai dit : « C’est la merde, j’ai pas les phrases à l’autre De Palmas »
Merde, c’est mort avant le commencement
Les keufs arrivent me contrôler, on sait déjà comment on se met
La neige ne touche pas le sol, ça sent mauvais sûrement pas le mafé
Les jeunes tré-ren en scène et les vil-ci ché-ca leur insignes
Parfait, dès à présent le public va baver
J’suis inquiétant tel un pédo qui passe son BAFA
Je ne citerais pas de bêtes de poèmes
Ahki j’suis paummé, j’suis cette putain de cerise bé-tom d’un pommier
Puis à l’école j’veux pas y retourner
Ils veulent m’apprendre à vivre comme eux, mais on ne rempli pas un verre retourné
Moi j’suis pas dans l’lot mais dans l’eau
Quand ils t’expulsent ils te mettent dehors, si il fait froid il t’foutent au tel-ho
On veut plus de moi comme ce putain de froid qui suit les clochards
J’veux marquer le public, me faire p’tit comme Didier Okocha
On cherche tous un endroit chaud, un lit un sommier
C’est dar un peu pour tous car même E.T recherche une son-mai
Je me suis fait ouèt’ comme une ti-peu qui rentre à miniut
C’est la faute du grand frère donc s’il te plait des grandes baffes mat lui
Akhi, j’suis pas renté à la maison hier
Le monde serait different si Molière avait une musolière
J’veux changer d’identité comme l’autre Cassius Clay
Faut que je le note sur les phases sinon je parait comme un gars suspect
Mais qui a dit que les pigeons n’avaient pas le vertige
J’me trouve au bout de la rue, les wacks MC finissent d’un fétiche
Et sans te mentir ce pays me facine
Mais pendant ce temps le très-haut m’surveille comme un bébé volant d’une bassine
J’suis négligé comme un sans abri
Pourtant j’suis al mais on me voit ap comme une putain de forêt sans arbres
Attention, sois attentif comme aux échecs
Les femmes-objets à chèques, le film de boule dans Devil Shake
T’as mis une pute enceinte, comment tu fais là ?
Des coups dans le placenta t’en places un tas ?
Les rois nous expulsent, sur les terres mères nos papas iront
Donc on veut nos noms sur nos maillots comme Babayaro
Dans mon passé, j’ai fréquenté des meufs un peu fofoles hein
Pour les Diallo, Keita, Bass, Kossi, aussi Fofana
Putain, mais qu’est ce que tu veux qu’on te dise
Quand l’orgeuil il prend le dessus lorsque ton fils te contredit
Moi tu me vois te me calcules pas comme les feuilles mortes sur ton passage
Oui j’ai déjà fummé du shit faut surtout pas que papa le sache
Wallah, y’a même des chiens ils taffent y’en a ils font chercheurs de beuh
Mon raisonnement est vrai et faux c’est p’têtre du à ma couleur boue
Tout se passait plus ou moins bien, ambiance pépère à la raque-ba
Ils m’ont fait pas mal de XXX depuis que j’ai dit « Allah akbar »
Ces gens m’ont refusé juste parce que maigre était mon CV
J’XXX à Kinshasa si jamais mes rimes font ses XXX
C’est dur a concevoir mais l’être humain n’est qu’une giclée d’eau
L’orgueil c’est très mauvais mais ça m’empêche pas d’dire « J’éclate tout »
Le son et les fractures sont de mèches j’savais « Tu vas faire quoi ? »
J’ai peur pour l’autre monde déjà qu’ici j’bé-tom sur du verglas
Avec ou sans menaces si ça me plait j’vais me taire
Mon flow ils veulent le traire et me foutre dans le tri
Dégouté, comme un végétarien dans le Mc Donald’s
J’débute au mac tenace, mitard, passé, taulard
Et mon coeur palplite, à chaque virage dans le métro
Et pose ta cravate vert nuit, les gens m’nuisent, ça chuchote rué vers l’or
Du mouton dans tu pur porc, un pote qui perd un pur pote
Contact avec l’extérieur, les avocats les détenus
Les habitants de la nète-pla…

Ah putain, hé t’sais quoi ?
Viens on arrête là
Sinon demain, j’vous jure on est encore là
Trop de choses à dire, pour ça qu’on dort les yeux ouverts

[Outro]x2
Les quartiers chauds, les mômes qui s’tapent
Les quartiers chauds, les mômes qui stagnent
Les opprimés, les gens des squats
Va savoir les gens disent quoi
C’est le nouvel air, nouvel air
C’est le nouvel air, nouvel air
C’est le nouvel air, nous vé-le
Nous force à ouvrir nos volets

 

 
 
previous next
X